Brefs historiques

Nos Ancêtres Fournier
Brefs historiques de tous les Fournier venus en Nouvelle-France

Selon nos recherches effectuées jusqu’à ce jour, 40 personnes portant le patronyme Fournier ont traversé l’Atlantique entre 1650 et 1850. La plupart de ces Fournier se sont mariés après leur arrivée en Nouvelle France. Dix-sept de ces Fournier étaient des soldats, dont 9 se marièrent et les autres sont décédés célibataires. Trois ancêtres mariés, n’eurent pas d’enfants ; huit autres ont eu des descendants sur deux à quatre générations, portant le patronyme Fournier et 12 d’entre eux, ont laissé une descendance dont nous pouvons suivre la trace jusqu’à nos jours.

  1. Guillaume Fournier. Il semble que le premier de nos ancêtres à fouler le sol de la Nouvelle France fut Guillaume. Il est le fils de Gilles Fournier et Noëlle Gagnon de Coulmer en Normandie. La date de son arrivée peut être approximative, puisque nous n’avons retrouvé aucun document prouvant son arrivée au pays avant son mariage avec Françoise Hébert, le 20 novembre 1651, à Québec. Guillaume Fournier et Françoise Hébert laissèrent la descendance la plus nombreuse, portant le patronyme Fournier, en Amérique.
  2. Jacques Fournier de La Ville. Il est le deuxième Fournier à arriver au pays. Il est natif de la paroisse Saint-Jean-en Grève de Paris, fils de Michel Fournier, conseiller du roi, et de Michelle Croyer. Il se maria à Trois-Rivières avec Marguerite Crevier, le 14 mai 1657. Ce mariage fut annulé quelques années plus tard. Il n’eut pas d’enfant de ce mariage. Jacques Fournier se remaria avec Hélène Dufiguier, le 24 octobre 1663 à Québec. De cette union naquirent plusieurs enfants. Nous n’avons toutefois pas retracé de descendants après la troisième génération portant le patronyme Fournier. (Informations complémentaires sur Fichier origine)
  3. Nicolas Fournier arriva en Nouvelle France le 25 mai 1664 sur le bateau le “Noir de Hollande”. Originaire de Saint-Étienne des Marans, fils de (Pierre) Hugues Fournier et Jeanne Huguet. Il travailla comme domestique avant de prendre épouse. Nicolas épousa, le 30 septembre 1670, une fille du Roy, Marie Hubert, à Québec. Nicolas et Marie Hubert laissèrent la deuxième plus importante descendance, à travers tout le Canada et les États-Unis. (Informations complémentaires sur Fichier origine)
  4. Pierre Fournier dit des Forges. Sur le même bateau, le “Noir de Hollande”, vint aussi en 1664. Il était meunier, engagé au service de Jean Bourdon et était originaire du Poitou. Ce Pierre semble cependant avoir gardé le statut de célibataire. Nous n’avons aucune trace d’un possible mariage.
  5. Robert Fournier, originaire de la paroisse Saint-Ouen de Lampar, Normandie, signa un contrat d’engagement le 15 juin 1661 à Dieppe . Au recensement de 1681 à Lachine, il est âgé de 62 ans .Il semble être demeuré célibataire. Frère de Jean Fournier qui suit.
  6. Jean Fournier, venant de Saint-Ouen de Lampar aussi, frère de Robert. On ignore s’il s’était marié en France ou après son arrivée au Canada. Sa date de mariage, avec Marie Crispin, est notée comme étant 1667 et le lieu est inconnu. Ce couple ne semble pas avoir eu d’enfant. Au recensement de 1681 à Lachine, il est âgé de 54 ans, son épouse de 42 ans. Il possède 2 fusils, 14 bêtes à cornes, 50 arpents en valeur.
  7. François Fournier dit “LaRoche”, arriva au pays vers 1663. Il habite Québec, lors du recensement de 1666. On le retrouva ensuite à Montréal. Il était maçon de son métier.
  8. Gabriel Fournier dit “Laverdure”, soldat de la compagnie Carignan-Salières, passa un contrat chez le notaire Bégnine Basset pour une obligation , à Montréal en l’an 1667.
  9. François Fournier dit “Le Poignon”; il serait né vers 1685. Son lieu d’origine est inconnu. Il fut surnommé François dit “Le Poignon”, parce qu’il n’avait pas de doigts à la main gauche. Il était au service de l’Hôtel-Dieu de Québec. Il se noya en 1712 à Baie Saint-Paul, en compagnie de Jean Bois.
  10. Claude Fournier est le quatrième Fournier qui fit souche en Nouvelle-France. Il était le fils de Étienne Fournier et Michelle Gendray, de Pouilly-en Auxois, en Bourgogne; il est tonnelier de son métier. La date de son mariage, avec Jeanne Renault, (fille de Jacques Renault et Marie Charrier) est le 11 novembre 1681, à Château -Richer. Nous retrouvons leurs descendants sur cinq générations.
  11. Antoine Fournier dit Préfontaine, qui se maria à Boucherville avec Marie Roncerey, le 11 février 1688, s’établit ensuite dans la région de Longueuil. Il est fils de Denis Fournier-Préfontaine et de Catherine Desallières, de Beaumont-les-Nonains, diocèse de Beauvais, Ile-de-France. Il se remaria le 16 juillet 1696 avec Marie-Madeleine Ozannes à Notre-Dame de Montréal. Antoine Fournier et Marie Roncerey laissèrent une descendance qui porta tantôt le patronyme Fournier et tantôt celui de Préfontaine à partir de 1800, pour finalement porter presque uniquement le nom de Préfontaine à compter de 1925, sauf quelques exceptions. (Informations complémentaires sur Fichier origine)
  12. Jean Fournier. En 1690, le 30 avril, nous retrouvons son mariage avec Anne Massard, fille de Nicolas Massard & Anne Bellesoeur. Il est originaire de Saint-Sauveur de La Rochelle, en Aunis. Le contrat de mariage fut passé devant le notaire Gilles Rageot. Nous n’avons aucune trace de descendant de ce couple. Il fut marié auparavant avec Jeanne Roger à La Rochelle vers 1667. (Informations complémentaires sur Fichier origine)
  13. Jules Le Fournier DuVivier, lieutenant-cadet d’une Cie d’infanterie, fils de Jacques Fournier et Marguerite Carpentier, se maria avec Madeleine Thérèse Gadbois, le 16 août 1692, à Montréal. Il laissa une descendance sur deux ou trois générations, qui porta surtout le patronyme DuVivier.
  14. Pierre Fournier de Belleval, se marie à Québec, avec Marie Ancellin le 30 juillet 1693. Pierre est le fils de Jacques Fournier de Belval et Ursule Gaucher de la paroisse Sainte-Catherine d’Orléans en Orléanais. Leur descendance s’établit dans la région du Richelieu et de Sorel. Pierre Fournier et Marie Ancellin laissèrent une descendance jusqu’à nos jours qui porta surtout le patronyme Belval à compter de 1850, sauf quelques exceptions.
  15. Guillaume Fournier dit “Dufresne”, est originaire de Saint-Jean, évêché de Limoges, en France. Il est soldat de la Compagnie de Saint-Martin. Il décéda à l’Hôtel-Dieu de Québec, le 20 juillet 1706.
  16. René Fournier, né vers 1685, est originaire du Mans. Nom des parents inconnu; il serait arrivé à Québec vers 1700 à l’âge de 15 ans. Il est jardinier à Québec, bedeau à l’Ancienne-Lorette et domestique chez Antoine Langlois . Il décède à L’Hôtel-Dieu de Québec, le 16 avril 1748.
  17. Lyvrain Fournier dit Liévain. Quelques années plus tard, cet autre Fournier qui vint prendre souche au pays se maria le 6 avril 1728, avec Marie-Suzanne Fauteux, à Pointe aux Trembles de Neuville. Il est le fils de Antoine Fournier et Anne Gourdon de Maurage, près de Mons en Hainault en Belgique. Ses descendants s’établirent dans la région de Sorel et de Portneuf. Les descendants portèrent d’abord le patronyme Fournier, celui de Liévain-Fournier, puis Clément, et ensuite Guévin ou Guérin. Cette souche a des descendants jusqu’à nos jours.
  18. Antoine Fournier, un faux-saunier, dont le lieu d’origine est inconnu, est embarqué et envoyé au Canada, par ordre du Roi, le 24 février 1733.
  19. Pierre Fournier, un autre faux-saunier, sorti de la prison de Châlans, est envoyé au Canada le 12 mars 1742, pour le reste de ses jours.
  20. Pierre Fournier dit “Vendôme”. En 1739, cet autre Fournier vint prendre souche au pays, fils de Guillaume Fournier et Madeleine Poirier de Fontaine-Raoul, dans le Loir-et-Cher. se maria à Beaumont, avec Françoise Couture, fille de Guillaume Couture et Marie-Anne Adam, le 5 février 1743. Il fut meunier, et demeura quelques années à Québec avant de s’établir en 1747 à Saint-Thomas-de-Montmagny. Pierre et Françoise Couture laissèrent une importante descendance jusqu’à nos jours. (Informations complémentaires sur Fichier origine)
  21. Pierre Fournier dit Brisefer. Dans cette décennie, un autre soldat, Caporal de Lanaudière, fils de Pierre Fournier et de Marguerite Métayer, de Notre-Dame de Niort, diocèse de Poitiers, au Poitou, arriva au pays. Il se maria avec à Marie-Louise Liénard/Durbois, fille de Sébastien Liénard et de Catherine Bonhomme, à Québec, le 29 septembre 1749. Nous retrouvons leurs traces sur deux générations.
  22. Jean Fournier dit “Léveillé” est originaire de Tours et soldat de la compagnie de Lusignan. Il décéda à l’Hôtel-Dieu de Québec, le 14 avril 1751, à l’âge de 23 ans.
  23. Pierre Fournier dit “Polard”, jeune soldat du Camp de Chasaille, mourut à Montréal, en 1756, à l’âge de 27 ans.
  24. François Fournier dit “Latulipe”, natif de Nasseau, soldat du bataillon de Béarn , décéda à Notre-Dame de Montréal, le 26 octobre1756.
  25. Pierre Fournier, natif de la ville de Cahors, en Quercy, cordonnier, âgé de 24 ans, est engagé pour Québec, le 6 mars 1755, pour 3 ans. Il arriva sur le bateau “Deux-frères”. (Liste des migrants en partance de Bordeaux)
  26. Louis-Antoine Fournier dit “Champagne”, est originaire de Bordeaux; il serait né vers 1676. Sa date d’arrivée au Québec est inconnue. Il fut inhumé à l’Hôpital Général de Montréal, le 17 juillet 1760.
  27. Eméry Amiens/Fournier/Larose. Le suivant parvenu à Québec, une fois rendu au pays, prit le patronyme de sa mère, soit Fournier. À la deuxième génération, les descendants prirent le nom de Fournier dit Larose. Éméry se maria à Québec, le 14 février 1757 avec Marguerite Guénet. Éméry et Marguerite Guénet laissèrent une descendance qui porta, à partir des années 1800, autant le patronyme Fournier que celui de Larose. (Informations complémentaires sur Fichier origine)
  28. Pierre Fournier dit Lapierre. Venu de Bretagne, est un autre soldat, fils de Julien Fournier et de Périne Aubin, de Saint-Pierre de Rétiers, diocèse de Rennes, en Bretagne. Il épousa, en premier lieu, Catherine Audon-Rochefort, fille de Bernard Audon/Rochefort et Marie-Josephte Desforges, le 18 mai 1757, à Lachine. Un second mariage avec Suzanne Campagnac, fille de Louis Campagnac et de Marie-Catherine Bernier, eut lieu le 25 avril 1763, à Montréal. De ces deux mariages, nous n’avons trouvé trace que de celui de deux filles. (Informations complémentaires sur Fichier origine)
  29. Jean Fournier dit “Labonté”, natif de Bressenègre en Rouargue, soldat au régiment de Béarn, Cie Mazerac, décèda à l’Hôpital Général de Québec le 30 sept. 1759.
  30. Maurice Fournier. Plusieurs Fournier, soldats ou autres, s’établirent en Nouvelle-France après la Guerre de Sept Ans. Ce Maurice, canonnier bombardier, fils de Joseph-Benoît Fournier et Marie Molar de Saint-Laurent-de-la Roche en Franche-Comté, prit Marie-Josephte Forget/LeNormand , fille de Jean-Baptiste Forget/Lenormand et de Marie-Thérèse Minville, pour épouse à Varennes, le 18 février 1760. Il vint ensuite s’établir à Lévis. Nous retraçâmes ses descendants sur deux générations.
  31. Joseph Fournier/Ladouceur originaire de Lieffrans, en Franche-Comté, se maria avec Françoise Carlos, fille de Claude Carlos & Françoise Dauphin, le 26 janvier 1761, à Cap-Saint-Ignace et s’installa dans cette paroisse. Joseph Fournier et Françoise Carlos ne laissèrent pas une grosse descendance, mais elle existe encore aujourd’hui. (Informations complémentaires sur Fichier origine)
  32. Augustin Fournier dit La Grenade, soldat du Régiment de la Reine, fils de Nicolas Fournier et de Claudette Urbain, de Rouvre-la Chétive, en Lorraine, se maria après la guerre avec Thérèse Demers, fille de Henri Demers et de Thérèse Poirier, à Chambly le 24 novembre 1760. Même si leur descendance n’est pas très nombreuse, nous la suivons jusqu’à nos jours. (Informations complémentaires sur Fichier origine)
  33. Pierre Fournier dit Saint-Pierre, ancien soldat, décéda à Notre-Dame-de-Montréal, en 1770, à l’âge de 46 ans.
  34. Claude Fournier dit L’Esprit, le dernier soldat de cette guerre, originaire du Languedoc, fils de Claude Fournier et Marie Vitrine, de Pont Saint-Esprit, épousa Marie-Anne Besset le 30 juin 1772, à Chambly. Claude et Marie- Anne Besset laissèrent une bonne descendance dans la région de l’Outaouais et ailleurs.
  35. Étienne Fournier et son épouse, Denise De Bron, sont natifs de Lyon, en France, où Étienne y exerçait le métier de marchand. Ils arrivèrent au Québec vers 1785, avec au moins deux jeunes enfants: Jean-Baptiste et Michel. Nous avons retracé des actes de baptêmes en 1786 à Notre-Dame de Montréal puis à l’Assomption en 1789 où il s’établit comme marchand. La descendance de Étienne Fournier et de Denise DeBron est peu nombreuse, transmise par trois fils, mais nous en suivons la trace jusqu’à nos jours. (Informations complémentaires sur Fichier origine)
  36. Pierre Fournier, fils de Louis Fournier et Marie-Anne Monin de la paroisse Saint-Benoît du Retour d’Orléans, en Orléanais. Il se maria à l’Église Christ Church de Sorel, le 24 juin 1816, avec Angélique Carpentier. Pas de trace de descendants.
  37. Charles-Vincent Fournier, venant de la paroisse d’Orléans en France, né vers 1771, vint au Québec comme prêtre missionnaire. Il eut durant plusieurs années la cure de Saint-Antoine de Baie du Febvre et décéda à cet endroit en 1839. (Informations complémentaires sur Fichier origine)
  38. Charles Fournier dit “Lajeunesse” est établi à Montréal en 1830, avec son épouse Émérence Baillargeon. Son lieu d’origine n’est pas encore retracé. Deux enfants naquirent à Montréal, puis nous perdons la trace de ce couple.
  39. Jean-Baptiste Fournier dit “Lajeunesse”, frère de Charles, est aussi établi à Montréal en 1830, avec son épouse, Marguerite Delorme et au moins deux enfants. Nous perdons aussi la trace de ce couple après 1835.

Recherches : Armelle Fournier, généalogiste ©